De la ville industrielle et militaire du XIXe au renouveau des XXe et XXIe siècles

ORLÉANS INDUSTRIEL

Au XIXe siècle, la disparition du trafic fluvial, l’arrivée du chemin de fer (1843) et le déve­loppement des centres industriels du Nord et de la région parisienne font disparaître la plu­part des activités du siècle précédent. D’autres industries prennent le relais. Elles s’installent, pour l’essentiel, le long et à proximité des fau­bourgs ouest et nord. Employant une main-d’œuvre nombreuse, elles font d’Orléans un centre industriel important.

LE TOURNANT DE 1870

La guerre de 1870 touche durement Orléans. En trois mois, la ville est prise, incendiée, libérée et réoccupée par les Bavarois, puis par les Prussiens. À la suite de cette crise, le gouvernement décide de renforcer le rôle militaire d’Orléans en y installant, à partir de 1874, le 5e corps d’armée bientôt rejoint par d’autres régiments. Ces arrivées contribuent à changer l’image de la ville. Jusqu’en 1939, Orléans figure parmi les plus grandes villes de garnison de France.

LE TRAUMATISME DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Contrairement à la Première Guerre mon­diale, la seconde frappe la ville de plein fouet : Orléans est gravement bombardée (juin 1940 et mai-juin 1944). Outre les pertes humaines, elle cause des dommages irrémédiables au patrimoine écrit et artistique. L’incendie du couvent des Minimes (1940) entraîne la dis­parition de la quasi-totalité des fonds anciens des archives départementales et municipales. Les collections des musées historiques paient aussi un lourd tribut.

ORLÉANS, CAPITALE RÉGIONALE

Vue panoramique d'Orléans Métropole depuis les hauteurs de la cathédrale Sainte-Croix
 

Aujourd’hui, Orléans et son agglomération comptent environ 279 000 habitants. La ville, fidèle à son passé, s’emploie à développer économie, culture et enseignement, tout en préservant la qualité de vie qui la caractérise. L’inscription du Val de Loire sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2000 est une reconnaissance sup­plémentaire de cette qualité. Sur le plan éco­nomique, Orléans fait partie de la prestigieuse « Cosmetic Valley ». La ville affirme son rôle de capitale régionale et se positionne comme l’une des principales métropoles d’équilibre du Bassin parisien. Elle obtient d'ailleurs le statut de métropole le 1er mai 2017.

 

Sources : Orléans Mairie – Service Ville d’art et d’histoire