Office de Tourisme & de Congrès
Roseraie Jean Dupont - Orléans Roseraie Jean Dupont - Orléans

Parc Léon Chenault et la Roseraie Jean Dupont

Superficie du parc 1.6ha - Superficie de la Roseraie 2600m²

Le parc offre de grands espaces et une vue remarquable sur le chevet de l'Eglise Saint Marceau ainsi que sur un magnifique cèdre du Liban. Une roseraie ‘mémoire' attenante rassemble toutes les variétés de rosiers créées à Orléans et dans la région depuis les années 1850.


Horaires d'ouverture

Roseraie Jean Dupont
Printemps : 7h30 à 18h30 - 1er février au dernier dimanche de mars
Eté : 7h30 à 20h00 - Après le dernier dimanche de mars jusqu'au dernier dimanche de septembre
Automne : 7h30 à 18h30 - Après le dernier dimanche de septembre jusqu'au 31 octobre
Hiver : 8h00 à 17h30 - Du 1er novembre au 31 janvier

Parc Léon Chenault
Ouvert à toute heure

(Orléans Sud - Quartier St Marceau)

En savoir +

Le Parc Léon Chenault
Situé au cœur des « Jardins de Saint-Marceau », zone d'Aménagement  Concerté construite au début des années 1990, le Parc Léon Chenault est une liaison verte dessinée entre les nouvelles résidences et le bourg commerçant du quartier Saint-Marceau.
Dans ce parc, la place des carrés et la grande pelouse offrent une vue remarquable sur le chevet de l'Eglise ainsi que sur un important cèdre du Liban.
De la fontaine, jaillit une gerbe d'eau qui s'écoule, tel un petit ruisseau, vers un massif de sales, de roseaux et d'aulnes, plantes des milieux humides.
Les arbres, très présents, enveloppent ce parc dont les grandes étendues sont propices à la flânerie et aux jeux improvisés des tout-petits.

Le Parc Léon Chenault et la roseraie qui le jouxte marquent une fois de plus l'attachement que la ville d'Orléans porte aux jardins et à l'horticulture. Au début du siècle, ce quartier était le lieu privilégié de la production maraîchère et de la pépinière. En mémoire à cette ancienne activité, le parc fut baptisé d'un grand nom de l'horticulture orléanaise. En effet, Léon Chenault (1853-1929) pépiniériste-collectionneur et obtenteur d'arbustes d'ornement, a, par ses travaux d'acclimatation et de multiplication, très largement contribué à l'enrichissement de la palette végétale proposée aujourd'hui aux jardiniers amateurs. A titre d'exemple, il obtient le tamaris d'été et de très beaux céanothes…

La Roseraie Jean Dupont
Cette roseraie attenante au Parc Léon Chenault est dédiée à Jean Dupont, pépiniériste qui, avec ses enfants, exerçait son activité ici-même.
Elle fut créée en 1995 afin de devenir le conservatoire de la Rose Orléanaise. Il s'agit en effet, ici, de rassembler toutes les variétés de rosiers créées à Orléans et dans la région depuis les années 1850. Les créations ont été particulièrement nombreuses à la fin du XIXe siècle ainsi qu'au début du XXe, moments où la pépinière orléanaise était en plein essor. Les familles Barbier, Corboeuf, Turbat, Hemeray-Aubert, Levavasseur et Robichon sont les principaux obtenteurs qui ont marqué cette époque.

Certaines de ces roses du passé sont toujours inscrites au catalogue des rosiéristes spécialisés : « Léontine Gervais », « Orléans Rose », « Olivet », « Ghislaine de Féligondes »…
Après un long travail de recherche il a été relevé 189 variétés orléanaises créées entre 1847 et 1940. Certaines sont conservées uniquement en Allemagne dans la roseraie de Sangerhausen, d'autres dans la roseraie de l'Hay-les-Roses du Val-de-Marne.
Au fil des années, le service des Espaces Verts « rapatrie' les greffons de ces anciens rosiers. Aujourd'hui, la plupart des variétés orléanaises ont déjà retrouvé, dans la Roseraie Jean Dupond, leur terre d'origine. Quelques roses modernes créées dans la région depuis 1940 ont également pris place dans cette roseraie mémoire. Sources bibliographiques 2002 : Archives Municipales et Archives Départementales. Revue Hommes et Plantes n°26 (www.orleans.fr)