Office de Tourisme & de Congrès

Restaurants taxis santé sur kelest

Voyance avenir sur douxavenir

Tél rose Charme tel rose

Annuaire des professionnels, numéro de téléphone sur pro-datas

Paroles de musiques sur parolesbox

Parc Louis Pasteur - Orléans Parc Louis Pasteur - Orléans Parc Louis Pasteur - Orléans Parc Louis Pasteur - Orléans

Parc Louis Pasteur

Arbres remarquables - Superficie 4ha - Aires de jeux

Ce grand jardin tourne autour des scènes végétales qui agrémentent les grandes pelouses. Vous pouvez découvrir les essences végétales, les monuments, les statues et les loisirs pour les enfants tels que les manèges, le théâtre de marionnettes.

Horaires d'ouverture

Printemps : 7h30 à 18h30 - 1er février au dernier dimanche de mars

Eté : 7h30 à 20h00 - Après le dernier dimanche de mars jusqu'au dernier dimanche de septembre

Automne : 7h30 à 18h30 - Après le dernier dimanche de septembre jusqu'au 31 octobre

Hiver : 8h00 à 17h30 - Du 1er novembre au 31 janvier

En savoir +

Quelques mots d'histoire…
Le site occupé par le Parc Louis Pasteur fut jusqu'à la moitié du XVIIIe siècle destiné à la culture de la vigne.
Cette vocation donnera le nom de Saint-Vincent, patron des vignerons, à l'église et au faubourg voisins ainsi qu'au cimetière qui occupa les lieux jusqu'à à la fin du XIXe siècle.

En 1913, il est décidé de créer un parc public sur l'ancien cimetière désaffecté. La Grande Guerre survient et transforma le site en jardins ouvriers et militaires. C'est en 1927, après d'âpres discussions entre les partisans de la construction d'un parc des sports et les fervents défenseurs du parc public, que le parc Louis Pasteur sera réalisé sur les plans d'Edouard Gitton, paysagiste orléanais. Une commission d'horticulteurs et de botanistes de la région définissent alors les essences végétales afin de faire de ce parc la vitrine horticole de l'Orléanais. Pour éviter d'utiliser une fois de plus le nom de Jeanne d'Arc, le parc fut baptisé Parc Louis Pasteur en hommage à ce grand biologiste qui, en effectuant des travaux sur le ferment du vinaigre, sauva du marasme les vinaigreries orléanaises.

Le Parc Louis Pasteur est marqué par l'esprit des jardins composites du XIXe siècle : une composition aux tracés réguliers s'inscrit dans un ensemble paysager. AU centre du jardin, dans l'axe de la cathédrale, le bassin à bateaux bordé de buis et de massifs fleuris est dominé par la Source Humaine, grotte sculpture de Félix Charpentier. A proximité, prennent place de traditionnels massifs en mosaïculture. Cette technique horticole du XIXe siècle consiste à établir, l'aide de plantes fleuries ou à feuillage coloré, des dessins par oppositions de masses et de couleurs. Ces mosaïques sont voisines de corbeilles floral »es qui allient, selon les saisons, les fleurs annuelles aux plantes potagères et les bulbes aux fleurs bisannuelles.
Autour, des scènes végétales plus libres agrémentent les grandes pelouses.

Les essences végétales
Les nombreux arbres et arbustes du parc sont issus de la palette végétale des années 1920. Le parc fut pendant de nombreuses années le lieux de présentation des nouvelles plantes créées par les horticulteurs orléanais. Léon Chenault (1853-1929), obtenteur-multiplicateur d'arbustes d'ornement, de rosiers et de pivoines, contribua notamment à la diversité végétale du par. En son hommage, un buste de bronze y fut érigé.

Aujourd'hui, de très beaux sujets, indépendants des obtentions orléanaises, marquent le jardin de leurs grandes silhouettes : les hêtres pleureurs, le sapin de Vilmorin, l'arbre aux 40 écus, le cèdre bleu, le cèdre de l'Himalaya… Notons la présence de plus d'une cinquantaine d'essences d'arbres et de très nombreux arbustes.

Les monuments et les statues
La porte du XVIIe siècle située au nord-est du jardin était initialement l'entrée de l'ancienne chapelle des Jésuites de la rue Jeanne d'Arc.
Elle fut transférée à la fin du XVIIIe siècle pour marquer l'entrée principale du cimetière Saint-Vincent puis déplacée de quelques dizaines de mètres lors de la création du parc.
Certaines des statues présentes dans le Parc Louis Pasteur ont été attribuées à titre de dépôt à la ville d'Orléans par le musée du Louvre :
« La Source Humaine » groupe de baigneuses en marbre de Félix Charpentier, « Le Premier Toit » groupe pierre de Real del Sarte. D'autres appartiennent à la ville d'Orléans : « Femme nue terrassant l'Aigle » de Villeau, « La Sculpture » marbre de Fagel, « L'Homme au Loup » marbre de Jacquot…

Détente et loisirs
La pelouse centrale est autorisée ; idéale pour une petite sieste à l'ombre des grands arbres.
Les enfants profitent des manèges, du théâtre de marionnettes, du bassin à bateaux, ainsi que du kiosque à confiseries et des jeux de plein air.
De mai à octobre, ils peuvent prendre le petit train à vapeur qui fut offert à la ville en 1952 par les enfants des écoles de Wichita (Etats-Unis), ville jumelle d'Orléans.
Les courts de tennis sont à réserver au palais des sports (14, rue Eugène Vignat). Sources bibliographiques 2002 : Archives Municipales et Archives Départementales. Revue Hommes et Plantes n°26 (www.orleans.fr)