Office de Tourisme & de Congrès
Orléans ausgehen > Museen
 La maison du braconnage - Chaon (41)
La Maison du Braconnage - Chaon (41)

La maison du braconnage

Route de Vouzon - 41600 Chaon
Tel.:02 54 88 68 68 


Un musée ludique pour comprendre la tradition de chasse clandestine en Sologne. Vous ignorez tout ou presque du braconnage et des braconniers ? Venez découvrir à Chaon la face cachée d'un monde de la chasse qui ignore la loi. Avec la complicité du mythique Raboliot, héros du roman de Maurice Genevoix.

L'esprit du lieu

Halte là ! Police de la chasse. Au delà de cette limite que vous venez de franchir allègrement, votre ticket n'est plus valable. En toute inconscience vous avez enfreint un article d'une loi sur la chasse que nul n'est censé ignorer, mais dont la jurisprudence remplit d'imposants volumes. Vous découvrez qu‘ il existe une frontière entre les honnêtes gens et les vilains braconniers : le respect de la loi. Le premier acte que l'on vous demande à la maison du braconnage est de vous situer. Libre à vous d'ignorer la loi, de la contourner, ou de la respecter. L'essentiel est d'en avoir conscience.

Cette maison nous parle, d'abord par la puissance évocatrice de ses formes, par la discrète allusion à l'empreinte du cul de loup, par les rondeurs féminines et spiralées des murs qui nous enveloppent, par le cheminement labyrinthique d'un terrier, par ces murs aveugles qui nous invitent à quitter le réel, à traverser le miroir de la nuit pour renaître dans un autre monde, imaginaire.

Vous êtes ici dans notre musée des arts premiers, le quai Branly de la Sologne. Est ce que vous sentez ces impalpables et furtives présences qui hantent la maison. Venus du fond des âges les héritiers des chasseurs cueilleurs de la préhistoire ont laissé la place aux libres chasseurs du Moyen-âge, bravant au péril de leur vie la dure loi des seigneurs, grappillant le gibier à la barbe d'une lignée de monarques absolus qui pensaient le braconnage comme un crime de lèse-majesté. Depuis la nuit du 4 aout 1789 et l'abolition des privilèges de la chasse qui fut un grand marché de dupes, la chasse clandestine est un attentat à la sacro-sainte propriété privée. L‘affront des braconniers relève alors de la privation de jouissance de la récréation de la chasse, loisir privilégié des oisifs et des nantis.

« Et si chasser est un plaisir, nul n'ignore que braconner est une singulière jouissance ». Cette maxime d'Hermann HESSE, prix Nobel de littérature, signe toute l'impertinence de notre thématique braconnière, celle qui est l'unique objet de cette maison.
Si le monde est habitable, c'est qu'il existe des braconniers qui savent encore que la saveur vraie de toutes les chasses n'est pas définitivement perdue. Si l'air est respirable, c'est parce que les Raboliot, les Rouget, les Villemont, tous ces héros de la braconne oxygène l'ont enrichi de particules aphrodisiaques. Et c'est Maurice GENEVOIX qui le dit mieux que tout le monde. « Il y a l'instinct de la chasse, le besoin de chasser selon le temps et la saison, d'obéir aux conseils éternels qui vous viennent de la terre et des nuages, aux ordres clairs qui se lèvent en vous même, qui montent en vous avec la même lenteur paisible que la lune blanche sur les champs. Le cœur se met à battre, plus fort mais sans désordre, une angoisse légère vous point au creux de la poitrine, pareille, un peu à celle de l'attente amoureuse ».

Mais quand vous passez entre la silhouette rabougrie de notre ami Eugène Trousselapin et l'imposante stature des représentants de la loi, vous abordez un problème philosophique et peut être politique, le grand combat entre les deux grands dangers qui menacent nos sociétés : Le désordre et l'ordre. Et c'est Albert JACQUARD qui le dit en reprenant les accents de Robespierre :
« L'eau pure d'une source, l'air que nous respirons, le pétrole qui jaillit entre deux roches ou le gibier qui parcourt la forêt, ces cadeaux de la nature font partie du patrimoine commun de l'humanité. Les pires désordres ont été provoqués par la prétention de certains de se les approprier. Ceux qui luttent contre ces excès devraient être regardés comme participant à un équilibre bénéfique. Le fou rappelant au roi qu'il est parfois dans l'erreur, comme le braconnier rappelant au prince que le gibier appartient à tous, sont les porte-parole de la raison. Hélas, il leur arrive d'être guillotinés ».

Amis de la raison braconnière, je vous salue.
Pierre AUCANTE. Président de l'Association des Amis de la Maison du Braconnage.

Mail


Website